Quelle imprimante 3d pour commencer ?

Publié le Publié dans Imprimantes

Choisir la bonne imprimante parmi les myriades de possibilités qu’offre à présent le marché peut s’avérer une entreprise des plus complexes. Loin de nous l’idée d’établir un comparatif exhaustif des différentes marques mais voici notre avis humble et partial sur quelques possibilités que nous connaissons bien. Cet article a vocation à s’étoffer au fur et à mesure que nous évoluerons dans nos expériences.

Zortrax : 

capture-decran-2016-12-15-a-10-02-17

Sans doute l’imprimante plug&play la plus plébiscitée par les marchés. Fiable et efficace, elle fournit des pièces d’une remarquable qualité de finition pour un effort minimum. Les réglages élémentaires et intuitifs du slicer prémâchent le travail et l’utilisateur intéressé par une production régulière sera satisfait par la calibration automatique et les supports calculés par le slicer. Pour autant, les marges de réglages extrêmement limités qui rendent l’utilisation de la Zortrax si accessible viennent également contraindre son utilisation : il est difficile, voir impossible de régler les températures, les vitesses et les nombreux autres réglages qui permettent d’imprimer correctement un matériau exotique. De même, le diamètre standard de la buse étant fixé à 0,4mm, il est difficile d’imprimer des couches très épaisses ou très fines.

En résumé si vous avez un peu d’argent, que vous comptez imprimer régulièrement avec des matériaux standards, des objets de taille moyenne ou petite, c’est l’imprimante qu’il vous faut.

 

Ultimaker : 

capture-decran-2016-12-15-a-10-02-52

Grande marque de l’impression 3D FDM de ces dernières années, dans la même gamme de prix que la Zortrax, le fabricant hollandais est un peu le chevalier blanc de l’open source. Si son prix est loin d’évoquer celui d’un KIT DIY low cost, c’est également le cas de la qualité d’impression. Son logiciel (open source et gratuit) Cura s’est imposé comme une des références en matière de slicing. L’imprimante est modulaire, vous pouvez à tout instant modifier la température ou la vitesse d’impression. De plus l’immense possibilité de réglages disponible permet d’utiliser des filaments variés et exotiques (Laywood, laybrick, ninjaflex,…) avec des résultats plus que probants. Les différents diamètres de buse et le caractère open source de la marque sont autant d’arguments en faveur d’Ultimaker. L’ultimaker 3 que nous n’avons pas eu la chance d’essayer possède même un double extruder, qui permet de rêver à un support soluble et donc à des structures vraiment complexes sans défauts. Comme chacun sait, une grande liberté implique également une plus grande responsabilité dans l’échec. Même s’il existe sur Cura des préréglages plutôt bien pensés pour les principaux matériaux, certaines impression demanderont à l’utilisateur un brin (un tout petit brin) de réflexion pour obtenir une belle impression.

 

Me creator mini :

 

capture-decran-2016-12-15-a-10-28-46

Si vous voulez bien maitriser votre imprimante, il faut comprendre comment celle ci fonctionne et pour ça, rien ne vaut de mettre un peu les mains dans le cambouis et de fabriquer sa propre imprimante. Difficile d’écumer les sites pour comparer des KiT, tous semblables aux yeux du profane: la Prusa i3 qui a fait ses preuves ? La Tobeca ? La dagoma ? Une Delta BCN ? De toute évidence, chacune de ces machines présente ses avantages. La Me creator mini nous apparait comme un compromis agréable avec un coût très abordable et de très bons rendus. Développée par le fabricant Geeetech, connu pour ses extrudeurs, cette imprimante allie le plaisir de la bricole à une fiabilité très appréciable selon nous. Le plateau est chauffant et permet d’imprimer de nombreux matériaux, la structure est rigide et la précision est bonne.

 

Form2 : 

capture-decran-2016-12-15-a-10-29-57

De retour à un produit plus haut de gamme avec la Formlab, nous changeons ici de technologie en passant du Dépôt de fil à la stéréolithographie (communément appelée SLA). Ce procédé de photo-polymérisation d’un bain de résine liquide permet une très grande précision et un rendu très beau et extrêmement lisse. Le coup magistral de Formlab a été de rendre cette machine accessible au grand public. Si vous avez les moyens, cette imprimante vaut clairement l’investissement, le seul inconvénient du précédé restant le temps (très long) de fabrication.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *